Le mètre par seconde

L’unité de mesure utilisée pour déterminer la vitesse est le kilomètre/heure. Néanmoins, si on l’on désire mesurer une distance parcourue plus précisément, on utilisera le mètre/seconde.

Le calcul se fait en multipliant le chiffre des dizaines de votre allure par trois.

Prenons un exemple, si je roule à 90 km/h, je multiplie 9 par 3, ce qui me permet de déduire que je parcours 27 mètres en une seconde.

Le temps de réaction

Le temps de réaction correspond au temps utilisé par le cerveau pour étudier une situation après l‘avoir perçu et avant de l’envoyer dans le bon ordre.

Sur la route, il est d’environ une seconde pour une personne en bonne forme physique et possédant toutes ses capacités. Il s’accroît si l’individu n’est pas en bonne santé, s’il est nerveux, fatigué, alcoolisé ou sous l’emprise de certaines substances.

L’énergie cinétique

Elle correspond à l’énergie produite pour la gestuelle. En cas de collision, elle est prise par le véhicule déformé. Elle dépend du poids du véhicule et du carré de la vitesse.

L’énergie cinétique = l’énergie emmagasinée par un véhicule roulant à une certaine vitesse. Lorsque le véhicule est à 0km/h elle est nulle, elle augmente avec le carré de la vitesse. Exemple : Vitesse x 2 = énergie cinétique x 4

  • Lors d’un choc, elle s’absorbe par la déformation de la moto.
  • Plus l’énergie est élevée, plus la violence du choc est importante. 
  • Lors de l’arrêt du véhicule, l’énergie cinétique est évacuée par le système de freinage. 

La force centrifuge = la force qui, dans un virage, pousse la moto vers l’extérieur.

  • Plus le véhicule est chargé (passager ou bagages) ou le virage serré, plus la force centrifuge augmente.
  • Elle augmente également si la vitesse est élevée.
Vitesses réglementaires code de la route Pédagomi

Les vitesses règlementaires

 

👉 Pour les élèves conducteurs et ceux en période probatoire : les limitations de vitesses s’appliquent durant 3 ans.

Pour les conducteurs ayant fait la conduite accompagnée : les limitations de vitesses s’appliquent durant  2 ans.

👉  Les limitations de vitesse sont décidées en tenant compte des distances nécessaires pour que le véhicule puisse s’arrêter ainsi que des limites de résistance du corps lors d’un choc. 

Certains facteurs de risque augmentent lorsque la vitesse augmente, comme : 

  • La distance d’arrêt, la gravité des accidents, la fatigue, le champs de vision diminue
 
 

La distance de sécurité et de freinage

Il est primordial d’adapter sa vitesse et d’évaluer les distances de freinage et d’arrêt sur la route. Car si ma vitesse est trop élevée, je risque de m’arrêter trop tard.

Je dois veiller à :

  • Ne pas confondre distance de freinage et distance d’arrêt
  • Ne pas oublier la distance parcourue durant le temps de réaction.

😃 Définissons ces termes pour mieux comprendre  !

C’est quoi le temps de réaction ?

👉 C’est le temps qui s’écoule entre le moment où je perçois l’information, et celui où je fais l’action sur les commandes.

Durant ce temps, j’analyse puis je décide de l’action que je vais réaliser pour répondre à ce que je vois. Pendant ce temps, mon véhicule continue d’avancer à la même vitesse.

À savoir qu’il peut augmenter si, je suis sous l’emprise de drogue ou d’alcool, fatigué, ou encore distrait.

C’est quoi la distance de freinage ?

👉 C’est la distance que je parcours entre le début du freinage et l’arrêt complet de mon véhicule. 

ex : Si je double ma vitesse, ma distance de freinage est multipliée par 4 !

À savoir que la distance dépend de, la vitesse, l’adhérence de la chaussée, de l’état du véhicule (freins, pneus, suspensions)

 C’est quoi la distance d’arrêt ?

👉 C’est la distance totale que je parcours entre, le moment où je perçois le danger et l’arrêt complet de mon véhicule. Elle comprend mon temps de réaction et ma distance de freinage.

 C’est quoi la distance de sécurité ?

👉 C’est la distance minimale que je dois conserver entre mon véhicule et le véhicule derrière moi.

La distance de sécurité permet : d’anticiper une situation comme un obstacle, une collision ou un freinage brusque. Mais également de compenser un temps de réaction perturber par la fatigue, une distraction.

Comment calculer l’intervalle de sécurité ?

Pour calculer la distance de sécurité je multiplie le chiffre des dizaines de la vitesse par 6.

Exemples :

🛑 À 50km/h : 5 x 6 = 30 m

🛑 À 110km /h : 11x x 6 = 66 m

Je dois augmenter ma distance de sécurité si :

  • la visibilité est mauvaise
  • je suis sous l’emprise de drogues, ou fatigué ( temps de réaction plus long)
  • lorsque la signalisation l’impose
  • un véhicule réduit ma visibilité à l’avant.
  • l’adhérence de la route est mauvaise (distance de freinage est augmentée)

Le freinage 

Quelle attitude adopter en cas de freinage ?  

  • Portez le regard au loin
  • Serrez le véhicule avec vos jambes et vos genoux
  • Vos pieds sont sur les repose-pieds
  • Vos coudes sont verrouillés et vos bras tendus

Quelles sont les réactions de la moto lors du freinage ?

L’utilisation du frein avant, permet à la suspension de s’enfoncer pour absorber la charge à l’avant et vous éviter de passer par-dessus votre guidon.

L’utilisation du frein arrière permet « d’asseoir » le véhicule sur la roue arrière, pour limiter le transfert de charge sur la roue avant.

Lors d’un freinage puissant, le frein l’avant aura davantage d’adhérence, c’est donc avec lui qu’il faut le plus freiner. Mais pour limiter le transfert de masse vers l’avant et le délestage de la roue arrière, il faut anticiper en actionnant le frein arrière.

Quel est le rôle de l’ABS ?

Les motos de plus de 125 cm3 sont équipées d’un système ABS (Anti blocage system). L’ABS empêche les roues de se bloquer en cas de freinage d’urgence, ou encore sur une chaussée glissante. Toutefois, même avec L’ABS je dois rester vigilant lorsque je freine.

Quelle est la réaction de la moto par rapport au freinage ?

C’est au motard de savoir répartir le freinage entre l’avant et l’arrière. Un mauvais dosage pourra provoquer une chute si la roue avant se bloque.

Lorsque le motard freine, le véhicule subit un transfert de charge. En effet, tout le poids est transféré vers l’avant de la moto. Le freinage doit être réparti avec 70% à l’avant et 30% à l’arrière.

Pour entreprendre un freinage classique, le motard utilisera les deux freins ensemble. En cas de danger et de freinage d’urgence, le conducteur devra actionner le frein de l’arrière dans un premier temps pour permettre à la roue arrière de ne pas se délester en raison du transfert de poids. Le but est de conserver le contact entre la roue arrière et la route pour que le freinage soit optimale. Le frein avant sera ensuite enclenché afin d’atteindre le résultat attendu.

Lien entre freinage et dérapage

Un motard d’expérience connaît l’importance du freinage! Dans certains cas, celui-ci n’est pas évident à réaliser mais il est parfois la dernière façon d’échapper au danger.

Lorsque l’on roule lentement, il est fortement déconseillé de freiner avec la roue avant braquée pour éviter le risque de chute. Freiner dans un virage est à proscrire également pour ne pas être déséquilibré et entraîner un dérapage si les roues se bloquent! De plus, il faut éviter de freiner sur une route remplie de gravillon pour ne pas tomber. L’efficacité du freinage est diminuée lorsque les roues se bloquent. Cela provoque généralement une perte de contrôle de la direction et l’on risque de déraper voir de tomber.  Un motard sur  cinq tombe en cas d’urgence! Alors, comment réussir son freinage d’urgence?

La pression exercée sur le frein doit être libérée rapidement pour récupérer de l’adhérence, des freins efficaces et de contrôler sa trajectoire. Posséder une moto équipée d’ABS, permet de gérer les situations d’urgence avec plus d’efficacité. Cependant attention aux imprévus infligés par la route!  Etre un motard signifie de prévoir les situations à risques, de savoir les contourner, et de savoir réagir en conséquence du danger rencontré.

Savoir s’adapter en moto 

→ aux situations 

👉 Lorsque je suis sur la route je dois constamment rester vigilant et adapter mon allure car une situation peut rapidement évoluer. Ex : Un piéton qui traverse au dernier moment.

👉 Je dois également adapter un comportement prudent envers les autres usagers comme les piétons, les cyclistes en tenant compte de leur zone de déplacement possible.

 → à l’environnement

Je dois toujours adapter ma vitesse à l’environnement selon les cas suivants : 

  • Une mauvaise visibilité ( intempéries, nuit) 
  • Les lieux ( virage, descente, route glissante, intersection) 
  • Les panneaux et les marquages ( panneaux de danger, ligne continu)
  • La traversée de certain lieu ( lieu-dits, présence d’habitation)

 →  aux impression de vitesse 

Le risque avec l’impression de vitesse est de sous estimer la vitesse réelle à laquelle je roule, notamment lorsque : 

  • Je quitte l’autoroute sur laquelle je roulais vite 
  • Le paysage est dégagé et sans repère de défilement
  • Lorsque j’ai consommé de l’alcool, des stupéfiants

⚠️ L’impression de vitesse est trompeuse car elle dépend du bruit moteur et de la largeur de la chaussée et du paysage environnant. Elle varie selon le type de véhicule conduit.

0 commentaires

Call Now Button